Ludovic Dickel

Ludovic Dickel Ethologie, UPC

ETHOLOGIE

 

 

Contact :  ludovic.dickel(at)unicaen.fr

 

 

Ludovic Dickel est Professeur d’Ethologie à l’Université de Caen, il y dirige le Groupe Mémoire et Plasticité comportementale. Ses recherches sont focalisées sur l’intelligence et la cognition animale, en particulier celle des Céphalopodes (Seiches, Pieuvres, Calmars).

Horaire :

17h30-19h30 le mercredi

Lieu :

Université de Caen (amphi Tocqueville, Campus 1)

Thème :

Comportements animaux, entre mythes et réalités

Des mythes tenaces sont nés en occident et au Moyen-Orient des observations d’Aristote, de Pline, d’Oppien… La nature et les animaux ont toujours fasciné, par leurs apparentes perfections, leur complexité, leurs mystères. L’on s’est parfois servi des observations de l’organisation du vivant pour nourrir, justifier, expliquer l’ordre moral, les croyances, les tabous de nos sociétés. Pourtant la biologie évolutive et l’éthologie nous apprennent que l’Evolution des espèces est surtout le fruit d’erreurs, de désordre, d’imperfections. Certains comportements complexes sont par exemple de formidables générateurs d’apparentes « aberrations » biologiques… donc sont de vrais moteurs dans l’Evolution de l’espèce.

En illustration, nous discuterons de la façon dont les légendes, les monstres effrayants, les chimères improbables ont été créés à partir d’observations naturalistes. Nous verrons comment la morale, la vertu ou le sens commun a pu façonner les interprétations de certains comportements animaux.

Après avoir confronté ces légendes à la réalité, la science moderne cherche-t-elle parfois à créer d’autres mythes plus fascinants encore, sous la pression de plus en plus forte de la société et des institutions pour lesquelles  « science » rime maintenant avec « audience » ?

Dates :

  • Les dates initialement proposées sont reportées en juillet 2017. Ludovic Dickel vous prie de bien vouloir l’excuser.
    • 04/07/2017
    • 06/07/2017

*************************************************************

Archives 2015-2016 :

Le « vivre ensemble » semble être une solution choisie par de nombreuses espèces au cours de l’Evolution, y compris l’espèce humaine. Ce mode de vie nous semble a priori avantageux : entraide, empathie, échanges, culture… il implique aussi un partage de l’espace vital et des ressources, des conflits, des épidémies…. Comment les animaux sociaux « gèrent » ces paradoxes? Une collectivité peut-elle croitre et devenir durablement harmonieuse et équilibrée ? Peut-on parler d’intelligence collective ?

L’envie, la séduction, la tromperie interviennent au cours des périodes de reproduction chez d’innombrables espèces. On observe également un attachement puissant et des conflits violents entre parent(s) et enfants chez de nombreuses espèces.
Ces éléments peuvent-ils constituer le socle évolutif fondamental sur lequel les sociétés animales se sont édifiées ?

Enfin le spécialiste relie classiquement l’apparition de l’intelligence par sélection naturelle à l’émergence de la vie sociale, à la nécessité pour les espèces de gérer les relations très complexes qu’il doit entretenir avec ses congénères. Nous nuancerons cette hypothèse en interrogeant un petit mollusque parmi les plus solitaires, un sans-famille : la pieuvre.

Archives 2014-2015 :

« La conscience de l’animal »
Certains animaux sont capables d’ Innovation, d’utiliser des outils, de sens esthétique, de jouer, d’ altruisme, d’empathie. Les dernières découvertes en éthologie nous amènent à nous questionner sur notre relation à l’animal. Chiens, chats, animaux de rente, mais aussi insectes et mollusques ont-ils accès à une forme de conscience? L’Ethologie peut-elle nous aider à redéfinir les frontières qui séparent l’Homme de l’Animal ?