Didier Durmarque

Didier Durmarque
Penser la Shoah

  • Contact : ecoledelashoah@gmail.com

  • Site : http://didier.durmarque.com

Didier Durmarque est professeur de philosophie en Normandie. Il est l’auteur de plusieurs livres, dont la plupart sont des approches de la question de la Shoah. Moins que rien (2006), La Liseuse (2012) sont des approches littéraires et romanesques de la question du néant, de l’identité et de la culture à partir de la Shoah. Philosophie de la Shoah (2014) constitue la tentative de faire de la Shoah un principe de la philosophie à l’image du cogito de Descartes ou du Dasein chez Heidegger.

Horaire :

19h30-21h30 le mardi

Lieu :

Musée des beaux-arts, château de CaenThème des conférences :

Thème :

Nous, fils d’Eichmann ?

Si le nazisme dit quelque chose de la modernité, ce que le nazisme dit de la modernité ne finit pas avec le nazisme. Telle est la leçon du philosophe Günther Anders qui considère que la Shoah et Hiroshima ne sont pas des accidents de l’Occident, mais expriment une perversion de la raison dans la rationalisation des moyens. Anders appelle situation eichmannienne toute situation où l’on éprouve un écart entre l’action et la décision. Or, cette situation est omniprésente dans notre rapport au travail, plus précisément dans le Management qui a envahi l’espace public. Nous, fils d’Eichmann ? Si la disjonction entre la décision et l’action a rendu caduques les morales traditionnelles, il faut la remplacer par une nouvelle maxime de résistance individuelle, qui ne changera pas ce que Anders nomme « le totalitarisme technique », mais sauvegardera mon humanité. Mieux que la révolte stérile et illusoire, la résistance et le maintien de ma position d’homme trouvent chez Anders un point d’appui fondamental. Mais, il faut préalablement donner à entendre le fond même de la modernité comme ce qui a rendu possible le pire et s’apprête aujourd’hui à devenir modèle planétaire.

Dates :

  • 24/04/17
  • 15/05/17
  • 22/05/17